Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sement — de la prédiction faite un jour par Henry V : — Si jamais cet homme devient cardinal, — son chapeau sera égal à la couronne.


LE ROI HENRY.

— Seigneurs ambassadeurs, vos requêtes respectives — ont été examinées et débattues. — Votre proposition est bonne autant que raisonnable ; — en conséquence nous sommes fermement résolus — à arrêter les conditions d’une paix amicale ; — et c’est par milord de Winchester que nous les ferons — immédiatement transmettre en France.


GLOCESTER, à un ambassadeur.

— Et quant à l’offre de mon seigneur votre maître, — j’en ai instruit son altesse en détail, — si bien que, satisfait des vertus de la dame, — de sa beauté et de sa dot, — le roi entend la faire reine d’Angleterre.


LE ROI HENRY, à l’ambassadeur.

— Pour preuve de cet agrément, — portez-lui ce joyau, gage de mon affection.

À Glocester.

— Et sur ce, milord protecteur, faites-les escorter — et conduire en toute sûreté jusqu’à Douvres ; là, qu’on les embarque — et qu’on les confie à la fortune de la mer.

Sortent le roi Henry et sa suite, puis Glocester, Exeter et les ambassadeurs.



WINCHESTER.

— Arrêtez, monseigneur le légat ; vous recevrez, avant de partir, la somme d’argent que j’ai promis — de présenter à Sa Sainteté — en échange des graves insignes dont elle m’a revêtu.


LE LÉGAT.

— J’attendrai le bon plaisir de votre seigneurie.


WINCHESTER.

— Maintenant j’espère bien que Winchester ne se sou-