Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à peine refroidi, — de cet homme d’impérissable mémoire, — Henri cinq ! Tandis qu’ils se traversent l’un l’autre, — existences, honneurs, territoires, tout se précipite à l’abîme.

Il sort.



Scène XVIII.

[Une autre plaine en Gascogne.]


Entre Somerset avec ses forces ; Un des Officiers de Talbot l’accompagne.



SOMERSET.

— Il est trop tard, je ne puis les envoyer maintenant ; — cette expédition a été trop témérairement conçue — par York et par Talbot ; toutes nos forces réunies — pourraient être enveloppées par une simple sortie — de la ville assiégée. Le téméraire Talbot — a terni tout l’éclat de son ancienne gloire — par cette aventure imprudente, désespérée, folle. — C’est York qui l’a envoyé combattre et mourir ignominieusement, — afin que, Talbot mort, le grand York fût le premier en renom.


L’OFFICIER.

— Voici sir William Lucy qui a été avec moi — député par notre trop faible armée pour chercher du secours.


Entre sir William Lucy.



SOMERSET.

— Eh bien, sir William, qui vous envoie ?


LUCY.

— Qui, milord ? lord Talbot, sacrifié par la trahison ! — Traqué par une adversité acharnée, — il appelle à grands cris le noble York et Somerset, — pour repousser de ses légions affaiblies l’assaut de la mort. — Et tandis que le noble capitaine, — suant le sang de ses membres haras-