Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


court répit, nous retournerons à — Calais, — de là en Angleterre, où j’espère qu’avant peu — vos victoires me livreront — Charles, Alençon et cette clique de traîtres.

Fanfare. Sortent le roi Henry, Glocester, Somerset, Winchester, Suffolk et Basset.



WARWICK.

— Milord d’York, sur ma parole, le roi — a, ce me semble, joliment joué l’orateur.


YORK.

— En effet ; mais ce qui me déplaît, — c’est qu’il porte l’insigne de Somerset.


WARWICK.

— Bah ! c’est une simple fantaisie, ne l’en blâmez pas — j’ose affirmer, cher prince, qu’il n’a pas songé à mal.


YORK.

— Si je le croyais… Mais laissons cela. — Nous avons à nous occuper d’autres affaires.

Sortent York, Warwick et Vernon.



EXETER.

— Tu as bien fait, Richard, de t’arrêter court ; — car, si les passions de ton cœur avaient éclaté, — on y eût, je le crains, découvert — plus d’animosité rancuneuse, plus d’hostilité furieuse et frénétique — qu’on ne peut l’imaginer ou le supposer. — Quoi qu’il en soit, l’homme le plus simple ne saurait voir — ces discordes choquantes de la noblesse, — ces alliances d’hommes de cour s’épaulant les uns les autres, — cette division des favoris en bandes factieuses, — sans augurer quelque fatal événement. — C’est un malheur quand le sceptre est aux mains d’un enfant ; — mais c’en est un plus grand quand la jalousie engendre de si monstrueuses dissensions. — Alors vient la ruine, alors commence la confusion.

Il sort.