Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les circonstances, — vous aurez hautement raison de faire droit à Richard, — spécialement pour les motifs — que j’ai dits à Votre Majesté à Eltham-Place.


LE ROI HENRY.

— Et ces motifs, mon oncle, étaient puissants. — Ainsi donc, mes bien-aimés lords, notre bon plaisir est — que Richard soit restauré dans tous les droits de sa naissance.


WARWICK.

— Que Richard soit restauré dans tous les droits de sa naissance ; — ainsi seront réparées les injures de son père.


WINCHESTER.

— Ce que veulent tous les autres, Winchester le veut.


LE ROI HENRY.

— Si Richard est fidèle, je ne m’arrêterai pas là, — mais je lui rendrai tout l’héritage — qui appartient à la maison d’York, dont il descend en ligne directe.


PLANTAGENET, au roi.

— Ton humble serviteur fait vœu de t’obéir — et de te servir humblement jusqu’à la mort.


LE ROI HENRY.

— Incline-toi donc, et mets ton genou contre mon pied ; — et, en retour de cet hommage, — je te ceins de la vaillante épée d’York. — Relève-toi, Richard, en vrai Plantagenet ; — relève-toi, prince et duc d’York.


PLANTAGENET.

— Puisse Richard prospérer comme tes ennemis succomber ! — Puissent, comme ma fidélité grandira, périr tous ceux — qui nourrissent une seule pensée contre Votre Majesté.


TOUS.

— Salut, grand prince, puissant duc d’York !