Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/253

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



WINCHESTER.

— Eh bien, duc de Glocester, je te cède ; — je te rends amour pour amour, serrement de main pour serrement de main.


GLOCESTER.

— Oui, mais je crains fort que ce ne soit à contrecœur. — Voyez, mes amis, mes bien-aimés compatriotes ; — ce gage est un signal de trêve — entre nous deux et tous nos serviteurs. — Que Dieu m’assiste, comme il est vrai que je ne dissimule pas !


WINCHESTER, à part.

— Que Dieu m’assiste, comme il est vrai que mon intention n’est pas sérieuse !


LE ROI HENRY.

— Ô mon oncle bien-aimé, bon duc de Glocester, — combien me rend joyeux cet accommodement !

Aux gens du duc et de l’évêque.

— Partez, mes maîtres ! ne nous troublez plus ; — mais réconciliez-vous, comme vos seigneurs.


PREMIER SERVITEUR.

— Soit ! je vais chez le chirurgien.


DEUXIÈME SERVITEUR.

Et moi aussi.


TROISIÈME SERVITEUR.

— Et moi, je vais voir quelle médecine offre la taverne.

Le maire, les gens du duc et de l’évêque sortent.



WARWICK.

— Très-gracieux souverain, accueillez cette requête, — qu’au nom de Richard Plantagenet, — nous présentons à Votre Majesté.

Il présente un placet au roi.



GLOCESTER.

— Excellente motion, milord de Warwick.

Au roi.

En effet, cher prince, — si Votre Grâce pèse toutes