Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Entrent, en se battant et la tête ensanglantée, les gens de Glocester et ceux de Winchester.



LE ROI HENRY.

— Nous vous sommons, par l’allégeance qui nous est due, — de retenir vos mains meurtrières et de respecter la paix. — Je vous en prie, mon oncle Glocester, — calmez cette émeute.


PREMIER SERVITEUR.

Ah ! si l’on nous — interdit les pierres, nous lutterons avec nos dents.


DEUXIÈME SERVITEUR.

— Osez ce que vous voudrez, nous sommes aussi résolus.

La lutte recommence.

GLOCESTER.

— Vous, gens de ma maison, cessez cette fâcheuse querelle, — et laissez là cette lutte indécente.


TROISIÈME SERVITEUR.

— Milord, nous savons que Votre Grâce est un homme — juste et droit, et que, par la royauté de votre naissance, — vous n’êtes inférieur qu’à Sa Majesté. — Aussi, plutôt que de souffrir qu’un prince tel que vous, — un si bon père de la république, — soit outragé par un cuistre, — nous, nos femmes et nos enfants, nous combattrons tous, — et nous nous ferons massacrer par vos ennemis.


PREMIER SERVITEUR.

— Oui, et nos ongles même — fouilleront le champ de bataille, quand nous serons morts.

Nouvelle rixe.

GLOCESTER.

Arrêtez, arrêtez, vous dis-je ! — Si vous m’aimez comme vous le dites, — veuillez, à ma persuasion, vous contenir un peu.


LE ROI HENRY.

— Oh ! que cette discorde afflige mon âme ! — Pou-