Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RENÉ.

— Femme, fais ce que tu pourras pour sauver notre honneur ; — chasse les Anglais d’Orléans, et immortalise-toi.


CHARLES.

— Essayons immédiatement… Allons, en marche et à l’œuvre ! — Je ne me fie plus à aucun prophète, si elle trompe mon attente.

Ils sortent (40).



Scène III.

[Londres. Les hauteurs devant la Tour.]


Le duc de Glocester se présente aux portes de la Tour, suivi de ses gens en livrée bleue.



GLOCESTER.

— Je suis venu inspecter la Tour aujourd’hui ; — depuis la mort de Henry, je crains quelque enlèvement. — Où sont donc les gardiens ? Pourquoi ne sont-ils pas ici à leur poste ?

Haussant la voix.

— Ouvrez les portes ; c’est Glocester qui appelle.

Les domestiques frappent à la porte.



PREMIER GARDIEN, de l’intérieur.

— Qui est-ce qui frappe si impérieusement ?


PREMIER DOMESTIQUE.

— C’est le noble duc de Glocester.


DEUXIÈME GARDIEN, de l’intérieur.

— Qui que vous soyez, vous ne pouvez être admis céans.


PREMIER DOMESTIQUE.

— Est-ce ainsi que vous répondez au lord Protecteur, marauds !