Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ments, votre humble apparence. Tout ce que Votre Altesse a souffert sous cette forme est, veuillez le croire, de sa faute et non de la mienne. Car, si vous aviez été ce que je vous supposais, il n’y aurait pas d’offense. Conséquemment, je supplie Votre Altesse de me pardonner.


LE ROI HENRY.

— Tenez, oncle Exeter, remplissez ce gant d’écus, — et donnez-le à ce compagnon.

À Williams.

Garde-le, compagnon ; — et porte-le à ton chapeau, comme une marque d’honneur, — jusqu’à ce que je le réclame.

À Exeter.

Donnez-lui les écus.

À Fluellen.

— Et vous, capitaine, il faut vous raccommoder avec lui. —


FLUELLEN.

Par la lumière du jour, le kaillard a assez de cœur au ventre.

À Williams.

Tenez, voici douze pennys pour vous, et je vous invite à servir Tieu, et à éviter le pruit, la prouille, les querelles et les discussions, et je vous assure que vous vous en trouverez pien mieux.


WILLIAMS.

Je ne veux pas de votre argent.


FLUELLEN.

C’est de pon cœur. Je puis vous le dire, ça vous servira à faire raccommoder vos souliers. Allons, pourquoi tant de fergogne ? Vos souliers ne sont déjà pas si pons. Le silling est pon ; je le garantis, ou je vous le changerai.