Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE ROI HENRY.

Sous qui sers-tu ?


WILLIAMS.

Sous le capitaine Gower, mon suzerain.


FLUELLEN.

Gower est un pon capitaine, et pien versé dans la science et la littérature de la guerre.


LE ROI HENRY, à Williams.

Appelle-le-moi, soldat.


WILLIAMS.

J’obéis, mon suzerain.

Il sort.

LE ROI HENRY.

Tiens, Fluellen.

Il remet à Fluellen le gant de Williams.

Porte cet insigne à ma place, et attache-le à ton chapeau. Quand Alençon et moi étions ensemble à terre, j’ai arraché ce gant de son heaume. Quiconque le réclamera est un ami d’Alençon et un ennemi de notre personne. Si tu rencontres un tel homme, tu l’appréhenderas, pour peu que tu m’aimes.


FLUELLEN.

Votre Grâce me fait le plus grand honneur que puisse souhaiter le cœur d’un de ses sujets. Je voudrais bien voir l’homme, n’ayant que deux pattes, qui se troufera offusqué de ce gant. Mais je voudrais bien le voir une fois. Fasse le Tieu de sa grâce que je puisse le voir !


LE ROI HENRY.

Connais-tu Gower ?


FLUELLEN.

C’est mon ami cher, ne vous déplaise.


LE ROI HENRY.

Va le chercher, je te prie, et amène-le à ma tente.