Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


charge ! — Pour celui qui ne veut pas suivre Bourbon en ce moment, — qu’il s’en aille d’ici ; et, le bonnet à la main, — comme un ignoble entremetteur, qu’il garde la porte, — tandis qu’un rustre, aussi vil que mon chien, — souillera la plus belle de ses filles !


LE CONNÉTABLE.

— Que le désordre, qui nous a ruinés, nous sauve à présent ! — Allons, en masse, offrir nos vies.


ORLÉANS.

— Nous sommes encore assez de vivants dans cette plaine — pour écraser les Anglais sous notre nombre, — si l’on peut rétablir un peu d’ordre.


BOURBON.

— Au diable l’ordre à présent ! Je cours à la mêlée. — Abrégeons notre vie pour ne pas prolonger notre déshonneur.

Ils sortent (35).



Scène XVII.

[Une autre partie du champ de bataille.]


Fanfare d’alarme. Entrent le Roi Henry et ses troupes, puis Exeter et d’autres.



LE ROI HENRY.

— Nous nous sommes bien comportés, mes trois fois vaillants compatriotes ; — mais tout n’est pas fini ; les Français tiennent encore la plaine.


EXETER.

— Le duc d’York se recommande à Votre Majesté.


LE ROI HENRY.

— Vit-il encore, bon oncle ? Trois fois, depuis une heure, je l’ai vu tomber, — trois fois se redresser et combattre. — Du cimier à l’éperon, il était tout en sang.