Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dolphe et Nym avaient dix fois plus de valeur que ce diable hurleur de la vieille comédie à qui chacun pouvait rogner les ongles avec une dague de bois (34) ; et tous deux sont pendus ; et celui-ci le serait également, s’il osait commettre quelque vol aventureux. Il faut que je reste, moi, en compagnie des laquais, avec les bagages du camp. Le Français ferait une belle prise sur nous, s’il savait ça ; car il n’y a pour les garder que des marmousets !

Il sort.



Scène XVI.

[Le champ de bataille.]


Fanfares d’alarme. Entrent le Dauphin, Orléans, Bourbon, le Connétable, Rambures et autres.



LE CONNÉTABLE.

Ô diable !


ORLÉANS.

Ô seigneur ! le jour est perdu, tout est perdu !


LE DAUPHIN.

Mort de ma vie ! Tout est bouleversé, tout ! — Le déshonneur et l’éternel opprobre — pèsent moqueurs sur nos panaches. Ô meschante fortune !... Ne fuyez pas.

Courte fanfare d’alarme.



LE CONNÉTABLE.

Ah ! tous nos rangs sont rompus.


LE DAUPHIN.

— Oh ineffaçable opprobre ! Poignardons-nous nous-mêmes ! — Voilà donc les misérables que nous avons joués aux dés.


ORLÉANS.

— Est-ce là le roi de qui nous exigions rançon ?


BOURBON.

— Opprobre ! éternel opprobre ! opprobre partout ! — Mourons avec honneur en retournant une fois encore à la