Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/140

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dez-moi aux princes de notre camp ; — portez-leur mon bonjour, et sans délai — mandez-les tous à ma tente.


GLOCESTER.

Nous obéissons, mon suzerain.

Sortent Glocester et Bedford.



ERPINGHAM.

— Accompagnerai-je Votre Grâce ?


LE ROI.

Non, mon bon chevalier, — allez avec mes frères trouver les lords d’Angleterre. — Moi et ma conscience, nous avons à nous entretenir un moment, — et alors je ne veux pas d’autre compagnie.


ERPINGHAM.

— Le Dieu du ciel te bénisse, noble Harry !

Sort Erpingham.



LE ROI.

— Grand merci, vieil ami ! Cela fait du bien de t’entendre.


Entre Pistolet (28).



PISTOLET.

Qui va là ?


LE ROI.

Ami.


PISTOLET.

— Explique-toi. Es-tu officier ? — Ou es-tu manant, roturier et du peuple ?


LE ROI.

— Je suis gentilhomme et dans une compagnie.


PISTOLET.

— Brandis-tu la puissante pique ?


LE ROI.

Précisément. Qui êtes-vous ?


PISTOLET.

— Aussi bon gentilhomme que l’empereur.