Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CONNÉTABLE.

C’est un vaillant et fort expert gentilhomme… Je voudrais qu’il fût jour. Hélas ! ce pauvre Henry d’Angleterre ! il ne soupire point après l’aube, comme nous.


ORLÉANS.

Quel misérable étourdi que ce roi d’Angleterre ! Venir si loin avec ses compagnons écervelés pour battre la campagne (27) !


LE CONNÉTABLE.

Si les Anglais avaient quelque bon sens, ils se sauveraient.


ORLÉANS.

C’est le bon sens qui leur manque. Si leurs têtes avaient une armure intellectuelle, elles ne porteraient pas des cimiers si pesants.


RAMBURES.

Cette île d’Angleterre produit de fort vaillantes créatures ; leurs dogues sont d’un incomparable courage.


ORLÉANS.

Chiens stupides qui se jettent les yeux fermés dans la gueule d’un ours de Russie, lequel leur écrase la tête comme une pomme pourrie ! Autant dire que vous trouvez vaillante la puce qui ose prendre son déjeuner sur la lèvre d’un lion.


LE CONNÉTABLE.

Justement, justement ! Ces hommes-là tiennent de leurs dogues par la force et la brutalité de leur élan ; pour leur esprit, ils le laissent avec leurs femmes ; mais donnez-leur de fortes rations de bœuf, puis du fer et de l’acier, et ils mangeront comme des loups, et se battront comme des diables.


ORLÉANS.

Oui ; mais ces Anglais sont terriblement à court de bœuf.