Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ORLÉANS.

Il n’a pas à se préoccuper de ça ; ce n’est pas en lui une vertu cachée.


LE CONNÉTABLE.

Ma foi, si, messire. Jamais personne ne l’a vue que son laquais. C’est une valeur sous le chaperon ; quand elle prendra son essor, ce sera pour s’échapper !


ORLÉANS.

La malveillance toujours médit.


LE CONNÉTABLE.

À cette maxime je réplique par une autre : Il y a de la flatterie dans l’amitié.


ORLÉANS.

Et je vous rétorque celle-ci : Il faut donner au diable son dû.


LE CONNÉTABLE.

À merveille ! c’est votre ami ici qui est le diable. Je riposte à la barbe de votre maxime : Peste soit du diable !


ORLÉANS.

Vous êtes le plus fort à ce jeu de reparties ; et c’est tout simple : le trait du fou est vite lancé.


LE CONNÉTABLE.

Vous avez dépassé la cible.


ORLÉANS.

Ce n’est pas la première fois que vous êtes dépassé.


Entre un Messager.



LE MESSAGER.

Monseigneur le grand connétable, les Anglais sont à quinze cents pas de votre tente.


LE CONNÉTABLE.

Qui a mesuré le terrain ?


LE MESSAGER.

Le sire de Grandpré.