Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


oui-dà ! ou je sehai mort ; ze paiehai de ma personne aussi vaillamment que ze pouhai, ze m’y engaze, en un mot comme en mille. Mobleu ! ze sehais bien aise d’ouïr une discussion entre vous deux.


FLUELLEN.

Capitaine Macmorris, je crois, voyez-vous, sauf votre avis, qu’il n’y en a pas beaucoup de votre nation…


MACMORRIS.

De ma nation ! Qu’est-che que ch’est que ma nation ?… Qu’est-che que ch’est que ma nation ? Qui parle de ma nation ? Est-che un maraud, un bâtard, un coquin, un chenapan ?


FLUELLEN.

Voyez-vous, capitaine Macmorris, si vous prenez les choses à contre-sens, je pourrais croire que vous ne me traitez pas avec l’affabilité qu’en toute discrétion, voyez-vous, vous devriez avoir envers un homme qui vous vaut pien et pour la discipline de la guerre et pour la qualité de la naissance et autres particularités.


MACMORRIS.

Je ne reconnais pas que vous me valiez ; et, Chrish me pardonne, je vous couperai la tête.


GOWER.

Messieurs, il y a entre vous deux un malentendu.


JAMY.

Oh ! c’est un mauvais quiproquo !

Un parlementaire sonne.



GOWER.

La ville sonne une chamade.


FLUELLEN.

Capitaine Macmorris, quand il se présentera une meilleure occasion, voyez-vous, je prendrai la liberté de vous dire que je connais la discipline de la guerre ! Et voilà qui suffit.

Ils sortent.