Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GOWER.

Le duc de Glocester, à qui la conduite du siége est confiée, est entièrement dirigé par un Irlandais, un fort vaillant gentilhomme, ma foi !


FLUELLEN.

C’est le capitaine Macmorris, n’est-ce pas ?


GOWER.

Lui-même, je crois.


FLUELLEN.

Par Cheshus, c’est un âne, s’il en est un dans l’univers. Je le lui déclarerai à sa parpe : il n’est pas plus au fait de la vraie discipline de la guerre, voyez-vous, de la discipline romaine, qu’un roquet.


Macmorris et Jamy apparaissent à distance (20).



GOWER.

Le voici qui vient ; et avec lui le capitaine des Écossais, le capitaine Jamy.


FLUELLEN.

Le capitaine Jamy est un gentilhomme merveilleusement faleureux, c’est certain, et de grande activité, connaissant à fond les anciennes guerres, d’après ma propre connaissance de ses instructions. Par Cheshus, il soutiendra une conversation, aussi bien qu’aucun militaire dans l’univers, sur la discipline des primitives guerres des Romains.


JAMY.

Bonzour, capitaine Fluellen.


FLUELLEN.

Bonjour à votre seigneurie, pon capitaine Jamy.


GOWER.

Comment va, capitaine Macmorris ? Avez-vous quitté les mines ? Les pionniers ont-ils cessé ?