Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/112

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ébrèche force paroles et garde intactes ses armes. Pour Nym, il a ouï dire que les hommes qui parlent le moins sont les plus vaillants ; et conséquemment il dédaigne de dire ses prières, de peur d’être pris pour un couard ; mais ses rares paroles sont en proportion de ses rares belles actions ; car il n’a jamais cassé d’autre tête que la sienne ; et encore était-ce contre un poteau, un jour qu’il était ivre. Ils commettent n’importe quel vol et le qualifient d’acquêt. Bardolphe a volé un étui à luth, l’a porté douze lieues et l’a vendu trois sols. Nym et Bardolphe sont frères d’armes en filouterie. À Calais ils ont volé une lardoire ; et j’ai reconnu, par cet exploit, qu’ils étaient gens à avaler tous les lardons. Ils voudraient que je fusse aussi familier avec les poches des gens que leur gant ou leur mouchoir ; mais il est contraire à ma dignité de prendre dans la poche d’autrui pour mettre dans la mienne ; car c’est évidemment empocher autant d’offenses. Il faut que je les quitte, et me mette en quête d’un service plus honorable. Leur vilenie soulève mon faible cœur, et il faut que je la rejette.

Il sort.


Fluellen rentre, suivi de Gower.



GOWER.

Capitaine Fluellen, il faut que vous alliez immédiatement aux mines ; le duc de Glocester voudrait vous parler.


FLUELLEN.

Aux mines ! dites au duc qu’il ne fait pas bon aller aux mines. Car, voyez-vous, les mines n’est pas dans les règles de la guerre ; les concavités n’en est pas suffisantes ; car, voyez-vous, l’ennemi (vous pouvez expliquer ça au duc, voyez-vous) est creusé douze pieds par dessous sa contre-mine. Par Cheshus, je crois qu’il nous fera tous sauter, si la direction n’est pas meilleure.