Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène V.

[Londres. Chez mistress Quickly.]


Entrent Pistolet, mistress Quickly, Nym, Bardolphe et le page.



MISTRESS QUICKLY, à Pistolet.

Je t’en prie, doux miel d’époux, laisse-moi te mener jusqu’à Staines.


PISTOLET.

— Non ; car mon cœur viril est navré. — Sois jovial, Bardolphe ! Nym, réveille ta verve de hâbleur. — Page, hérisse ton courage ! Car Falstaff est mort, — et nous devons en être navrés !


BARDOLPHE.

Je voudrais être avec lui, où qu’il soit, au ciel ou en enfer.


MISTRESS QUICKLY.

Ah ! pour sûr, il n’est pas en enfer ; il est dans le sein d’Arthur, si jamais homme est allé dans le sein d’Arthur. Il a fait une belle fin, et il s’en est allé comme un enfant en robe de baptême ; il a passé juste entre midi et une heure, juste à la descente de la marée ; car, quand je l’ai vu chiffonner ses draps, et jouer avec des fleurs, et sourire au bout de ses doigts, j’ai reconnu qu’il n’y avait plus qu’une issue ; car son nez était pointu comme une plume, et il jasait de prés verts. Comment va, sir John, lui dis-je ! Eh ! l’homme ! ayez bon courage ! Alors il a crié : Mon Dieu ! mon Dieu ! mon Dieu ! trois ou quatre fois. Moi, pour le réconforter, je lui ai dit qu’il ne devait pas penser à Dieu. J’espérais qu’il n’avait pas besoin de s’embarrasser de pensées pareilles. Sur ce, il m’a dit de lui mettre plus de couvertures sur les pieds. J’ai mis la main dans le lit, et je les ai tâtés, et ils étaient froids comme la pierre. Alors je l’ai tâté jusqu’aux genoux, et puis plus haut, et puis plus haut, et tout était froid comme la pierre.