Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.

être en termes plus persuasifs — que vous, à moins que vous ne soyez un savant, monsieur.


Gremio.

— Oh ! quelle grande chose que la science !


Grumio, à part.

— Oh ! quel âne que cet oison !


Petruchio.

Silence, drôle !


Hortensio.

— Grumio, chut !

Allant à Gremio.

Dieu vous garde, signor Gremio !


Gremio.

— Charmé de vous rencontrer, signor Hortensio. Savez-vous — où je vais ?… Chez Baptista Minola. — Je lui ai promis de chercher avec soin — un professeur pour la belle Bianca, — et j’ai eu la bonne fortune de tomber — sur ce jeune homme qui, par sa science et par ses manières, — est un maître comme il le lui faut, très-versé dans la poésie — et autres livres, les bons livres, je vous le garantis.


Hortensio.

— C’est fort bien ; moi, de mon côté, j’ai rencontré un gentilhomme — qui m’a promis de me procurer — un excellent musicien pour instruire notre maîtresse. — Ainsi je ne resterai pas en arrière dans ce que je dois — à la belle Bianca, si tendrement aimée de moi.


Gremio.

— Et de moi aussi, comme mes actes le prouveront.


Grumio, à part.

Et comme ses sacs le prouveront.


Hortensio.

— Gremio, ce n’est pas le moment de jeter au vent notre amour. — Écoutez-moi, et, si vous me parlez rai-