Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Biondello.

— Moi, monsieur ? pas du tout.


Lucentio.

— Surtout, n’ayez pas à la bouche le nom de Tranio : — Tranio est changé en Lucentio.


Biondello.

— Tant mieux pour lui. Je voudrais l’être aussi, moi !


Tranio.

— Je le voudrais aussi, mon garçon, fût-ce à cette condition — que Lucentio épousât la fille cadette de Baptista ! — Çà, drôle, je vous conseille, par respect non pour moi, mais pour mon maître, — de vous conduire avec discrétion dans toute espèce de société. — Quand je suis seul, soit ! je suis Tranio ; — mais, partout ailleurs, je suis Lucentio votre maître !


Lucentio.

— Partons, Tranio. — Il ne te reste plus qu’une chose à exécuter : — tu vas prendre rang parmi ces soupirants. Si tu me demandes pourquoi, — qu’il te suffise de savoir que mes raisons sont bonnes et importantes. —

Ils sortent.

Premier valet, à Sly.

Milord, vous sommeillez ; vous ne faites pas attention à la pièce.


Sly.

Si fait ; par sainte Anne ! C’est une bonne farce, vraiment ! Y en a-t-il encore ?


Le Page.

Milord, cela commence à peine.


Sly.

C’est un chef-d’œuvre fort excellent, madame lady. Je voudrais qu’il fût achevé.