Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/479

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
481
481
NOTES.


LE TAILLEUR.

— Je vous remercie, monsieur.

Sort le Tailleur

FERANDO.

— Allons, viens, Cateau, nous allons voir la maison de ton père — sous ce simple et honnête accoutrement — Nos bourses seront riches si nos vêtements sont simples — Pourvu qu’ils préservent nos corps de la rage de l’hiver, — c’est assez, qu’avons-nous besoin de plus ? — Tes sœurs, Cateau, doivent se marier demain, — et je leur ai promis que tu serais là — La matinée est avancée, dépéchons-nous. — il sera neuf heures avant que nous arrivions.


CATHERINE.

— Neuf heures ? il est déjà passé deux — heures de l’après-midi, d’après toutes les horloges de la ville.


FERANDO.

— Je dis qu’il est a peine neuf heures du matin


CATHERINE.

— Je dis qu’il est deux heures de l’après-midi


FERANDO.

— Il sera neuf heures avant que vous alliez chez votre père. — Rentrons. Nous ne partirons pas aujourd’hui — Toujours à me contrecarrer ! — Je veux que vous disiez comme moi avant que je parte.

Ils sortent.

Après. le départ de Ferando et de Catherine, un changement de décor a lieu La vieille comédie nous transporte immédiatement chez le beau-père Alfonso qui vient d’accorder ses deux puînées, Emilia et Philema, à leurs deux soupirants, Polidor et Aurelius. Les quatre fiancés se déclarent leur amour mutuel avec un luxe mythologique, qui, bien qu’excessif, n’est pas disgracieux. Je traduis cette scène curieuse que le poëte a dû retrancher par suite du remaniement fondamental qu’il a fait subir à l’intrigue secondaire de la pièce anonyme :


POLIDOR.

— Belle Emilia, radieux soleil d’été, ma reine, — plus brillante que la zone enflammée — ou Phébus règne dans son lumineux équateur, — créant l’or et les métaux precieux ! — Que ferais-tu, Emilia, si j’étais forcé — de quitter la belle Athènes et d’errer à travers le monde ?


ÉMILIA.

— Quand tu essayerais d’escalader le trône de Jupiter, — en gravissant les subtiles régions aériennes, — quand tu serais, enlevé comme le fut Ganymède, — l’amour donnerait des ailes à mes ardents désirs — et épurerait ma pensée, de telle sorte que je te suivrais, — dussé-je tomber et périr comme Icare.


AURELIUS.

— Touchante résolution, belle Emilia ! — Et toi, Philema, m’en dirais-tu