Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/459

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
461
461
NOTES.

vement, en 1598, au Théâtre-Royal, sous ce titre : Sawny l’Écossais ; en 1716, aux deux théâtres de Lincoln’s Inn et de Drury-Lane, sous ce titre : le Savetier de Preston ; enfin, en 1756, par la troupe du Garrick, sous ce titre : Catherine et Petruchio. Cette dernière imitation est certainement la meilleure.

(2) Le nom de Sly était très-commun dans le Warwickshire, le comté où Shakespeare était né. Un acteur, nommé William Sly, faisait partie de la troupe du Globe, et fut chargé, dit-on, du rôle d’Osric, dans Hamlet. L’indignation avec laquelle Christophe Sly déclare que les Sly ne sont pas des vagabonds, pourrait bien être une protestation, par voie d’allusion, contre le statut, alors en vigueur, qui assimilait aux vagabonds les acteurs ambulants. J’ai déjà eu occasion de noter une allusion du même genre dans Hamlet. — Faisons remarquer ici que le personnage de Sly existe également dans la comédie primitive. N’est-ce pas une présomption de plus en faveur de l’opinion qui veut que les deux pièces soient du même auteur ?

(3) Le nom de Petruchio se trouve dans une comédie traduite de l’Arioste par George Gascoigne et intitulée : Il Suppositi. L’intrigue relative aux amours de Lucentio et de Bianca rappelle également la comédie italienne. Ainsi que dans la pièce anglaise, on voit dans la pièce de l’Arioste un jeune homme changer de rôle et d’habit avec son valet pour supplanter un vieux rival et déterminer un étranger à se taire passer pour son père. — Le commentateur Farmer a le premier appelé l’attention sur ces rapports curieux qui permettent de comparer l’Arioste à Shakespeare.

(4) Soto est un des principaux personnages d’une comédie de Beaumont et de Fletcher intitulée : La femme contente.

(5) Barton-on-the-Heath est un hameau de vingt ou trente cottages, situé sur la route de Stratford-sur-Avon à Oxford. On y remarque encore à côté de l’église une maison à pignon renaissance que Shakespeare a pu voir construire.

(6) Wilmecote est un autre hameau du Warwickshire, situé à une lieue de Stratford-sur-Avon, dans la paroisse de Aston-Cantlow. Là avait demeuré Robert Arden, grand-père maternel de Shakespeare ; la mère du poète y possédait une chaumière et un champ que l’enfant sublime a dû souvent visiter.