Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/458

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
460
460
LA SAUVAGE APPRIVOISÉE, ETC.

de publier ces quatre pièces : Hamlet, Roméo et Juliette, Peines d’amour perdues, Une Sauvage apprivoisée, passe tout à coup des mains de Nicholas Ling à celles d’un troisième éditeur, John Smythick ; et, chose bien remarquable, l’enregistrement des quatre pièces a encore lieu le même jour :

Nov. 19, 1607.
John Smythick. A booke called Hamlett.
The Taming of a Shrewe.
Romeo and Juliett.
Love’s Labour Loste
.

N’est-il pas clair que toutes ces pièces, ainsi vendues le même jour au même éditeur, appartenaient préalablement au même propriétaire, c’est-à-dire au même auteur ? Or, quel était l’auteur d’Hamlet, de Peines d’amour perdues, de Roméo et Juliette ? Le même que l’auteur de la Sauvage apprivoisée primitive : William Shakespeare.

Il est donc désormais évident pour tout lecteur de bonne foi qu’en calquant sur la comédie publiée en 1594 la comédie publiée dans le grand in-folio de 1623, Shakespeare n’a été coupable d’aucun plagiat. En remaniant son œuvre, le poète n’a fait que se copier lui-même.

À défaut de documents précis, il a été jusqu’à présent impossible de fixer l’époque à laquelle fut représentée pour la première fois la Sauvage apprivoisée, telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le critique Meres n’en ayant pas fait mention dans la liste des œuvres de Shakespeare connues avant 1598, il est possible que la comédie définitive n’ait été jouée qu’après cette année-là. Mais il est certain pour quiconque a étudié de près les diverses manières de Shakespeare, que la Sauvage apprivoisée, imprimée en 1623, a dû être écrite dans la même période que les premières pièces du poëte, Les Deux Gentilshommes de Vérone, Comédie d’erreurs, Peines d’amour perdues. On y retrouve les mêmes formes caractéristiques, même coupe du vers, même fréquence de rimes, même rareté de l’enjambement. D’après les conjectures les plus probables, La Sauvage apprivoisée, composée originairement avant 1590, aurait été refaite par le poëte avant 1595.

Cette comédie est encore aujourd’hui une des plus populaires du répertoire shakespearien. Elle a donné lieu, depuis deux siècles, à plusieurs imitations qui, comme toujours, sont restées fort inférieures au modèle. Remaniée par différents auteurs, elle fut jouée successi-