Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/447

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la main soudaine de la mort me ferme les yeux ! — Désormais mon cœur est dans ta poitrine !

Il cause tout bas avec la princesse.

BIRON, à Rosaline.

— Et à moi, ma mie ? À moi que direz-vous ?


ROSALINE.

— Il faut aussi vous purifier ; car vous êtes gangrené de péchés ; — vous êtes perclus de fautes et de parjures. — Si donc vous voulez obtenir ma faveur, — vous passerez douze mois, sans vous reposer, — à veiller au chevet douloureux des malades.


DU MAINE, à Catherine.

— Et à moi, ma mie ? et à moi ?


CATHERINE.

— À vous une femme ?.. De la barbe, une bonne santé, et de l’honneur, — voilà les trois choses que je vous souhaite avec une triple tendresse.


DU MAINE.

— Oh ! puis-je vous dire : merci, ma gentille femme ?


CATHERINE.

— Nenni, monseigneur. Je veux être un an et un jour — sans écouter les paroles des soupirants à l’air doucereux. — Revenez quand le roi reviendra près de la princesse ; — alors, si j’ai beaucoup d’amour, je vous en donnerai.


DU MAINE.

— Je serai jusque-là votre serviteur fidèle et loyal.


CATHERINE.

— Mais ne le jurez pas, de peur de vous parjurer encore.


LONGUEVILLE.

— Que dit Maria ?


MARIA.

Au bout de douze mois, — j’échangerai ma robe noire contre un ami fidèle.