Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/440

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

D’une telle haleine qu’il pourrait combattre, oui,
Du matin au soir, hors de sa tente.
Je suis cette fleur.


DU MAINE.

Cette menthe !


LONGUEVILLE.

Cette colombine !


ARMADO.

Doux seigneur de Longueville, enrène ta langue.


LONGUEVILLE.

Je dois bien plutôt lui lâcher les rênes, puisqu’elle court après Hector.


DU MAINE.

Et Hector est un si bon lévrier !


ARMADO.

Le cher guerrier est mort et pourri ; chers poulets, ne secouez pas les ossements des trépassés ; quand il respirait, c’était un homme… Mais continuons notre rôle,

À la Princesse.

Suave royauté, octroyez-moi la sensation de votre ouïe.


LA PRINCESSE.

Parlez, brave Hector : nous en serons ravie.

Pendant ce dialogue, Biron dit quelques mots tout bas à Trogne, qui vient de rentrer dépouillé de son costume.

ARMADO.

J’adore la pantoufle de ta suave Altesse.


BOYET.

Il l’aime par le pied.


DU MAINE.

C’est qu’il ne peut l’aimer par la verge.


ARMADO, déclamant.

Cet Hector surpassait de beaucoup Annibal…