Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/417

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE ROI.

Je n’en suis que plus charmé.

Ils s’éloignent en causant.

BIRON, à la princesse.

— Maîtresse aux blanches mains, rien qu’une douceur avec vous.


LA PRINCESSE.

— Miel, lait et sucre ; en voilà trois


BIRON.

— Eh bien, doublons la triade, puisque vous devenez si friande : — hydromel, hypocras et malvoisie… Joli coup de dés ! — Voilà une demi-douzaine de douceurs.


LA PRINCESSE.

Septième douceur : adieu ! — Puisque vous savez si bien piper, je ne veux plus jouer avec vous.


BIRON.

— Un mot en secret !


LA PRINCESSE.

Pourvu que ce ne soit pas une douceur.


BIRON.

— Tu m’agites la bile.


LA PRINCESSE.

La bile ! voilà qui est amer.


BIRON.

Et par conséquent à propos.

Ils s’éloignent en causant.

DU MAINE, à Maria.

— Daignerez-vous échanger un mot avec moi ?


MARIA.

— Énoncez-le.


DU MAINE.

Belle dame…


MARIA.

Est-ce là ce que vous dites ?… Beau seigneur ! — Prenez cela pour votre belle dame.