Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HOLOPHERNE.

Le daim était comme vous savez, in sanguis, en sang ; mûr comme une reinette qui pend comme un joyau à l’oreille du cœlo, du ciel, du firmament, de l’empyrée, et le voilà qui tombe comme une pomme sauvage sur la face de la terra, du sol, du continent, de la terre (40).


NATHANIEL.

Vraiment, maître Holopherne, vous variez les épithètes aussi agréablement qu’un savant, pour le moins. Mais je vous assure que c’était un chevreuil d’un an.


HOLOPHERNE.

Messire Nathaniel, haud credo.


BALOURD.

Ce n’était pas un haud credo, c’était un faon.


HOLOPHERNE.

Quelle remarque barbare ! Voilà pourtant une sorte d’insinuation hasardée comme qui dirait in via, par voie d’explication ; afin de facere comme qui dirait une réplique ou plutôt d’ostentare, d’exprimer comme qui dirait son sentiment. Ô jugement incorrect, impoli, inéduqué, inculte, indiscipliné ou plutôt illettré, ou plutôt encore inexpérimenté ! prendre mon haud credo pour un daim !


BALOURD.

J’ai dit que le daim n’était pas un haud credo, mais un faon.


HOLOPHERNE.

Simplicité doublement encroûtée ! bis coctus ! Ô monstre de l’ignorance, que tu es hideux !


NATHANIEL.

Ce garçon, monsieur, ne s’est jamais nourri des friandises qui foisonnent dans les livres ; il n’a jamais comme qui dirait mangé de papier ; il n’a jamais bu d’encre ; son intellect n’est pas approvisionné ; c’est un animal sensible seulement dans les parties grossières. — C’est une de