Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Entrent Balourd, Trogne et Jacquinette.

BALOURD, à Armado.

Monsieur, la volonté du roi est que vous teniez Trogne sous bonne garde ; vous ne devrez lui laisser prendre ni plaisir ni pénitence ; mais il devra jeûner trois jours par semaine.

Montrant Jacquinette.

Quant à cette demoiselle, j’ai ordre de la garder dans le parc ; elle y sera employée comme laitière. Portezvous bien !


ARMADO, à part.

Ma rougeur me trahit.

Bas à Jacquinette.

La fille !


JACQUINETTE.

L’homme !


ARMADO.

J’irai te visiter à la loge.


JACQUINETTE.

À la grâce de Dieu !


ARMADO.

Je sais où elle est située.


JACQUINETTE.

Seigneur, que vous êtes savant !


ARMADO.

Je te conterai merveilles !


JACQUINETTE.

Vous en avez la mine.


ARMADO.

Je t’aime !


JACQUINETTE.

Je vous l’ai ouï dire.