Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
318
318
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.


PAROLES.

Il l’a aimée, sire, comme un gentilhomme aime une femme.


LE ROI.

Comment cela ?


PAROLES.

Il l’a aimée sire, et pas aimée.


LE ROI.

Comme tu es un drôle et pas un drôle… Quel gaillard équivoque !


PAROLES.

Je suis un pauvre homme aux ordres de Votre Majesté.


LAFEU.

Il est bon tambour, monseigneur, mais mauvais orateur.


DIANA.

Savez-vous s’il m’a promis mariage ?


PAROLES.

Ma foi, j’en sais plus que je n’en veux dire.


LE ROI.

Mais ne veux-tu pas dire tout ce que tu sais ?


PAROLES.

Oui, s’il plaît à Votre Majesté. J’ai été leur intermédiaire, comme je l’ai dit. J’ajouterai qu’il l’aimait. Car en vérité il en était fou, et il parlait de Satan, et des limbes, et des furies, et de je ne sais plus quoi. En outre, j’étais assez dans leur confidence pour savoir qu’ils allaient au lit ensemble, qu’il lui avait promis mariage et d’autres détails dont la révélation m’attirerait la malveillance. Aussi ne dirai-je pas ce que je sais.


LE ROI.

Tu as déjà tout dit, à moins que tu ne puisses ajouter qu’ils sont mariés. Mais tu es décidément trop délicat dans ta déposition. Range-toi donc.