Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/312

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
314
314
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.


LA VEUVE.

— Je suis sa mère, Sire. Ma vieillesse et mon honneur — souffrent du mal que nous vous dénonçons, — et tous deux y succomberont, si vous n’y portez remède.


LE ROI.

— Approchez, comte. Connaissez-vous ces femmes ?


BERTRAND.

— Monseigneur, je ne puis ni veux le nier, je les connais. M’accusent-elles d’autre chose ?


DIANA, à Bertrand

— Pourquoi jetez-vous sur votre femme un regard si étrange ?


BERTRAND.

— Elle ne m’est rien, monseigneur.


DIANA.

Si vous vous mariez, vous donnerez à une autre cette main qui est à moi. — à une autre vous donnerez cette foi sacrée qui est à moi. — Vous me donnerez moi-même qui certes suis à moi ! — Car vos vœux m’ont à ce point incorporée à vous, — que celle qui vous épousera devra m’épouser, — ne pouvant s’unir à vous sans s’unir à nous deux. —


LAFEU, à BERTRAND.

Votre réputation n’est pas à la hauteur de ma fille : vous n’êtes pas un mari pour elle.


BERTRAND, au roi.

— Monseigneur, cette femme est une créature folle et désespérée ; — avec qui il m’est parfois arrivé de rire. Que Votre Altesse — ait de mon honneur assez noble opinion — pour le croire incapable de tomber si bas.


LE ROI,

— Mon opinion, monsieur ! vous serez bien avec elle, — quand vos actes vous l’auront conciliée. Puissent les