Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
313
313
SCÈNE XXIII.

cela dépend de vous ; autrement un séducteur triomphe, et une pauvre fille est perdue.

« Diana Capulet. »

LAFEU.

Je veux m’acheter un nouveau gendre à la foire et mettre en vente celui-ci. Je ne veux pas de lui.


LE ROI.

— Les cieux t’ont été favorables, Lafeu, — en amenant cette découverte… Qu’on aille chercher la solliciteuse ! — Dépêchez-vous et ramenez le comte.

Un gentilhomme sort avec des gens de service.
À la Comtesse.

— Je crains bien, madame, que la vie d’Hélène — ne lui ait été criminellement arrachée.


LA COMTESSE.

Eh bien, que justice soit faite des coupables !

Entre Bertband, entouré de gardes.

LE ROI, à Bertrand.

— Je m’étonne, monsieur, que, les femmes étant pour vous des monstres — qui vous font fuir dès que vous leur avez juré protection conjugale, vous désiriez encore vous marier.

Le Gentilhomme revient amenant Diana et la Veuve.

LE ROI.

Quelle est cette femme ?


DIANA.

— Je suis, monseigneur, une malheureuse Florentine, — qui descends des anciens Capulets. — Ma requête, à ce que j’apprends, vous est déjà connue ; — vous savez donc combien je suis à plaindre.