Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/309

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
311
311
SCÈNE XXIII.

vu. — C’est à Florence qu’il me fut jeté d’une fenêtre, — enveloppé dans un papier qui contenait le nom — de celle qui l’avait jeté : c’était une fille noble qui me croyait — libre de tout engagement ; mais quand je lui eus certifié — ma véritable situation et nettement déclaré — que je ne pouvais pas répondre selon les lois de l’honneur — à ses ouvertures, elle s’abstint avec une douloureuse résignation, mais ne voulut jamais — reprendre son anneau.


LE ROI.

Plutus lui-même, — qui sait l’art de transmuter et de multiplier l’or, — n’a pas des mystères de la nature une connaissance plus intime — que moi de cet anneau. C’était le mien, c’était celui d’Hélène ; — peu importe qui vous l’ait donné ! Donc, si vous reconnaissez — avoir pleine conscience de vous-même, — avouez qu’il était à elle, avouez par quelle brutale violence — vous l’avez eu d’elle. Elle avait pris tous les saints à témoin — qu’elle ne l’ôterait jamais de son doigt, — si ce n’est pour vous le donnerà vous-même dans le lit, — où vous n’êtes jamais entré, ou bien pour me l’envoyer au moment d’un grand désastre.


BERTRAND.

Elle ne l’a jamais vu.


LE ROI.

— Par l’amour que j’ai de mon honneur, ce que tu dis est faux, — et tu fais naître en moi d’inquiétantes conjectures — que je voudrais bien étouffer. S’il était prouvé — que tu fusses à ce point inhumain… Cela ne se peut pas… — Et pourtant je ne sais… Tu la haïssais mortellement, — et elle est morte : et rien à moins de me fermer — les yeux moi-même, ne peut être plus convaincant pour, moi — que la vue de cet anneau.

Aux Gardes.

Emmenez-le !

Les gardes entourent Bertrand.