Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
30
LES COMÉDIES DE L’AMOUR.

frappe le front comme illuminée d’une idée soudaine : elle court à un vieux meuble dont elle tourne précipitamment la clef gothique, en tire les paperasses que lui a léguées son père, secoue la poussière qui les couvre, et y trouve, minutieusement écrite de la main de Gérard de Narbonne, la formule souveraine qui doit guérir le roi ! Pleine de foi dans la science de son père, Hélène n’attend pas un moment ; elle part pour la cour de France, emportant le grimoire enchanté qui contient, avec la santé du prince, la fortune du médecin. La paysanne de Domremy pénétrant chez le roi Charles dans le château de Chinon n’était pas plus palpitante que ne l’est Hélène entrant chez l’auguste agonisant. Présentée par Lafeu, un vieux seigneur qu’elle a connu au pays et que le poëte a amené tout exprès pour lui servir d’introducteur, la pucelle de Roussillon se jette aux pieds du roi pour le supplier de se laisser sauver. Le sage couronné commence par refuser ; Hélène insiste avec une éloquence entraînante : si dans les vingt-quatre heures le roi n’est pas rétabli, Hélène consent à être punie de mort ; s’il est guéri, elle ne demande pour honoraires qu’une faveur, le droit de choisir parmi les nobles du royaume l’époux qu’elle voudra. Enfin le prince se laisse fléchir ; il accepte le marché et engage sa parole royale.

L’ordonnance de Gérard de Narbonne fait miracle. Le vieux médecin protège sa fille du fond de la tombe. L’ombre du père plane sur l’orpheline et travaille pour elle, invisible. — À peine Son Altesse s’est-elle soumise à la magique formule qu’elle a éprouvé un soulagement extraordinaire. Le roi renaît comme à vue d’œil ; toute la cour est stupéfaite, et Paroles, écho servile de cet étonnement, répète que « c’est la plus grande merveille qui se soit produite dans les temps modernes. » Avant l’expi-