Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
262
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.

Entre Hélène, déguisée en pèlerine.

LA VEUVE.

Je l’espère bien. Tenez, voici une pèlerine qui arrive ; je suis sûre qu’elle vient loger chez moi ; c’est là qu’elles se renvoient toutes. Je vais la questionner.

À Hélène.

— Dieu vous garde, pèlerine ! Où allez-vous ?


HÉLÈNE.

— À Saint-Jacques-le-Grand. — Dites-moi où logent les pèlerins, je vous en conjure.


LA VEUVE.

— À l’enseigne de Saint-François, ici, près de la porte de la ville.


HÉLÈNE.

Est-ce là le chemin ?


LA VEUVE.

Oui, certes.

Marche militaire au loin.

Écoutez. — Ils viennent par ici… Si vous voulez attendre, sainte pèlerine, — que les troupes soient passées, — je vous conduirai où vous devez loger ; — d’autant mieux que je connais, je crois, l’hôtesse — comme moi-même.


HÉLÈNE.

Est-ce vous-même ?


LA VEUVE.

S’il vous plaît, pèlerine.


HÉLÈNE.

— Merci, j’attendrai ici votre loisir.


LA VEUVE.

— Vous venez, je crois, de France ?