Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
251
SCÈNE IX.

Scène IX.


[Florence. Dans le palais du duc]
Fanfares. Entre le duc de Florence avec sa suite ; deux seigneurs français et plusieurs autres accompagnent.

LE DUC.

— Ainsi, vous venez d’entendre de point en point — les raisons fondamentales de cette guerre — qui, dans ses graves débats, a déjà fait verser beaucoup de sang, — et en est altérée encore.


PREMIER SEIGNEUR.

La querelle paraît sainte — du côté de Votre Grâce, ténébreuse et inique — du côté de l’ennemi.


LE DUC.

— Aussi sommes-nous très-étonné que notre cousin de France — puisse, dans une cause si juste, fermer son cœur — à nos demandes de secours.


DEUXIÈME SEIGNEUR.

Mon bon seigneur, — je ne puis indiquer les raisons de notre gouvernement — que d’après les données vulgaires, comme un homme non initié — qui échafaude les plus imposants conseils — sur ses imparfaites notions. Je n’ose donc pas — vous dire ce que je pense, puisque je me suis vu, — sur ce terrain de l’incertitude, déçu — dans toutes mes conjectures.


LE DUC.

Que le roi agisse à sa guise !


DEUXIÈME SEIGNEUR.

— Mais je suis sûr que l’élite de nos jeunes gens, — écœurée d’inaction, arrivera de jour en jour — pour chercher ici un remède.