Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
246
TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN.


HÉLÈNE.

Je vous en prie.

Au Clown.

Viens, drôle.

Ils sortent

Scène VIII.

[Une autre partie du palais.]
Entrent Lafeu et Bertrand.

LAFEU.

Mais votre Seigneurie, j’espère, ne le regarde pas comme un soldat.


BERTRAND.

Si fait, monseigneur, comme un soldat d’une vaillance éprouvée.


LAFEU.

Vous croyez cela sur sa propre déclaration.


BERTRAND.

Et sur d’autres témoignages incontestables.


LAFEU.

Alors mon cadran va mal ; j’ai pris cette alouette pour une mauviette.


BERTRAND.

Je vous assure, monseigneur, que c’est un homme de grand savoir et de non moindre vaillance.


LAFEU.

Alors j’ai péché contre sa science et transgressé contre sa valeur ; et mon état est d’autant plus dangereux que je ne puis trouver dans ma conscience le moindre remords. Le voici qui vient ; je vous en prie, réconciliez-nous, je veux rechercher son amitié.