Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Petruchio.

— Comment ! elle est occupée, et elle ne peut pas venir ! — Est-ce là une réponse ?


Gremio.

Oui, et polie encore,— priez Dieu, monsieur, que votre femme ne vous en envoie pas de pire.


Petruchio.

— J’en espère une meilleure.


Hortensio.

— Biondello, l’ami ! va conjurer ma femme de venir ici sur-le-champ.

Biondello sort.

Petruchio.

Oh ! oh ! la conjurer ! — Allons, il faudra bien qu’elle vienne.


Hortensio.

.

J’ai bien peur, monsieur, — quoi que vous fassiez, que la vôtre ne se laisse pas conjurer !

Rentre Biondello.

Hortensio.

.

— Eh bien, où est ma femme ?


Biondello.

— Elle dit que vous avez en tête quelque belle plaisanterie ; — elle ne veut pas venir ; elle vous dit d’aller la trouver.


Petruchio.

— De pire en pire : elle ne veut pas venir ! C’est infâme, intolérable, insupportable ! Grumio, drôle, va trouver ta maîtresse ; et dis-lui que je lui commande de venir.

Grumio sort.

Hortensio.

— Je sais sa réponse.