Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Hortensio.

— D’accord. Que parions-nous ?


Lucentio.

Vingt couronnes.


Petruchio.

Vingt couronnes ! — C’est ce que je risquerais sur mon faucon ou mon chien ; — mais, sur ma femme, je gagerai vingt fois autant.


Lucentio.

— Eh bien ! cent couronnes !


Hortensio.

J’y consens.


Petruchio.

Le marché est fait ; c’est dit.


Hortensio.

— Qui commencera ?


Lucentio.

Moi ! Biondello, — va dire à ta maîtresse de venir.


Biondello.

J’y vais.

Il sort.

Baptista, à Lucentio.

— Mon gendre, je suis de moitié avec vous, Bianca viendra.


Lucentio.

— Je ne veux pas d’associé ; je tiens tout moi seul.

Rentre Biondello.

Lucentio.

— Eh bien, quelle nouvelle ?


Biondello.

Monsieur, ma maîtresse m’envoie vous dire — qu’elle est occupée et qu’elle ne peut pas venir.