Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

mes yeux sont témoins de sa légèreté, — je veux avec vous, si vous le permettez, — abjurer pour jamais Bianca et son amour.


Hortensio.

— Voyez-les ! que de baisers et de tendresses !… Signor Lucentio, — voici ma main : je m’engage fermement — à cesser de lui faire la cour et à la renier — comme une créature indigne des hommages — dont je l’ai follement flattée jusqu’ici.


Tranio.

— Comme vous, je fais ici sans réticence le serment de — ne jamais l’épouser, quand elle m’en supplierait. — Foin d’elle ! Voyez quelles tendresses bestiales elle a pour lui !


Hortensio.

— Je voudrais que tout le monde, hormis lui, renonçât à elle. — Quant à moi, pour être plus sûr de tenir mon serment, — je veux me marier à une riche veuve, — avant que trois jours se passent ; oui, à une veuve qui n’a cessé de m’aimer — tout le temps que j’ai aimé cette fière et dédaigneuse coquette. — Et sur ce, adieu, signor Lucentio. — Dans la femme, c’est la tendresse et non la beauté extérieure — qui désormais obtiendra mon amour. Je prends donc congé de vous, résolu à faire ce que j’ai juré.

Hortensio sort.
Lucentio et Bianca reviennent sur le devant de la scène.

Tranio.

— Madame Bianca, le ciel vous accorde tous les bonheurs — que peuvent avoir les amants heureux ! — Ah ! je vous ai surprise à faire la sieste, ma mie, — et nous avons, Hortensio et moi, renoncé à vous.


Bianca.

— Vous plaisantez, Tranio ; avez-vous vraiment renoncé à moi tous deux ?