Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/123

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Bianca.

Maintenant voyons si je puis traduire. Hac ibat Simois, je ne vous connais pas ; hic steterat Priami, prenez garde qu’il ne nous entende ; regia, ne présumez pas trop ; celsa senis, ne désespérez pas.


Hortensio, revenant.

— Madame, le voici d’accord.


Lucentio.

Oui, sauf la basse.


Hortensio.

— La basse est juste.

À part.

C’est ta bassesse, maroufle, qui détonne. — Comme notre pédant est enflammé et audacieux ! — Sur ma vie, le drôle fait la cour à ma bien-aimée ! — Pédascule, je vais te surveiller de plus près.

Il se rapproche.

Bianca.

— Un jour je puis vous croire, maintenant, je me méfie encore.


Lucentio.

— Ne vous méfiez pas.

Apercevant Hortensio

Car certainement Œacides — désigne Ajax, ainsi appelé du nom de son grand-père.


Bianca.

— Je dois croire mon maître ; sans quoi, je vous promets — que j’argumenterais encore sur ce point douteux ; — mais restons-en là…

À Hortensio.

Maintenant, Licio, à vous. — Mes chers maîtres, ne m’en veuillez pas, je vous prie, — d’avoir ainsi badiné avec vous.