Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1869, tome 6.djvu/117

Cette page a été validée par deux contributeurs.

— Nous aurons des bagues, une belle parure, toutes sortes de choses. — Ah ! embrasse-moi, Cateau.

Il l’embrasse.

Nous serons mariés dimanche.

Petruchio et Catharina s’en vont par des côtés opposés (12).

Gremio.

— Jamais mariage a-t-il été bâclé si vite !


Baptista.

— Ma foi, messieurs, je joue le rôle d’un négociant — qui s’aventure follement dans une entreprise désespérée.


Tranio.

— C’était une denrée qui se détériorait près de vous : — maintenant ou elle vous rapportera un bénéfice ou elle périra sur la mer.


Baptista.

— Le bénéfice que je cherche en cette affaire, c’est la paix.


Gremio.

— Il faut avouer qu’il a fait là une conquête étrangement pacifique. — Mais, maintenant, Baptista, parlons de votre fille cadette. — Voici enfin le jour que nous avons si longtemps attendu ; — je suis votre voisin, et je suis le premier amoureux en date.


Tranio.

— Et moi, je suis un soupirant qui aime Bianca plus — que des paroles ne peuvent l’exprimer, et vos pensées le concevoir.


Gremio.

— Marmouset ! tu ne saurais aimer aussi tendrement que moi.


Tranio.

— Barbe grise ! ton amour n’est que de la neige.