Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entre un deuxième messager.

ANTOINE.

— Qui êtes-vous ?


DEUXIÈME MESSAGER.

— Fulvie ta femme est morte.


ANTOINE.

Où est-elle morte ?


DEUXIÈME MESSAGER.

À Sicyone. — La durée de sa maladie, avec d’autres choses plus sérieuses — qu’il t’importe de savoir, est indiquée ici.

Il lui remet une lettre.

ANTOINE.

Laisse-moi.

Le messager sort.

— Voilà un grand esprit parti, et je l’ai souhaité ! — Souvent ce que nos mépris ont chassé loin de nous, — nous voudrions le ravoir : le plaisir présent, — par sa révolution décroissante, devient — l’antipode de lui-même… Elle m’est chère, maintenant qu’elle n’est plus ; — la main qui l’a repoussée voudrait la ramener… — Il faut que je m’arrache à cette reine enchanteresse. — Dix mille calamités, pires que les maux à moi connus, — sont couvées par mon oisiveté… Eh bien ! Énobarbus ?


Entre Énobarbus.

ÉNOBARBUS.

Quel est votre bon plaisir, seigneur ?


ANTOINE

Il faut que je parte d’ici au plus vite.


ÉNOBARBUS.

En ce cas, nous tuons toutes nos femmes. Nous avons