Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANTOINE.

— Il y a indigence dans l’amour qui peut s’évaluer.


CLÉOPÂTRE.

— Je veux fixer la limite jusqu’où l’on peut être aimé.


ANTOINE.

— Alors il te faut découvrir un nouveau ciel, une nouvelle terre.


Entre un serviteur.

LE SERVITEUR, à Antoine.

— Mon bon seigneur, les nouvelles de Rome…


ANTOINE.

M’agacent. Sois bref.


CLÉOPÂTRE.

— Voyons, écoutez-les, Antoine : — Fulvie peut-être est irritée ; ou qui sait — si l’imberbe César ne vous signifie pas — ses ordres souverains : Fais ceci ou cela, — prends ce royaume et affranchis cet autre ; — obéis, ou nous te damnons ?


ANTOINE.

Quoi, mon amour !


CLÉOPÂTRE.

— Peut-être (oui, c’est bien probable,) — ne devez-vous pas rester ici plus longtemps : c’est votre congé — que César vous envoie. Écoutez-le donc, Antoine. — Où est la sommation de Fulvie… de César, veux-je dire ? Non, de tous deux ! — Faites entrer le messager. Aussi vrai que je suis reine d’Égypte, — tu rougis, Antoine ; et ce sang sur ton visage — est un hommage à César ; ou bien ta joue paye un tribut de honte — parce que tu entends gronder la voix stridente de Fulvie… Les messagers !