Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cabinet ? — Vous m’aiderez à ranger les parures — que vous trouverez convenables pour ma toilette de demain.


LADY CAPULET.

— Non, non, pas avant jeudi. Nous avons le temps.


CAPULET.

— Va, nourrice, va avec elle.

Juliette sort avec la nourrice.
À lady Capulet.

Nous irons à l’église demain.


LADY CAPULET.

— Nous serons pris à court pour les préparatifs : — il est presque nuit déjà.


CAPULET.

Bah ! je vais me remuer, — et tout ira bien, je te le garantis, femme ! — Toi, va rejoindre Juliette, et aide-la à se parer ; — je ne me coucherai pas cette nuit… Laisse-moi seul ; — c’est moi qui ferai la ménagère cette fois… Holà !… — Ils sont tous sortis. Allons, je vais moi-même — chez le comte Pâris le prévenir — pour demain. J’ai le cœur étonnamment allègre, — depuis que cette petite folle est venue à résipiscence.

Ils sortent.

Scène XIX.


[La chambre à coucher de Juliette.]


Entrent Juliette et la nourrice (113).

JULIETTE.

— Oui, c’est la toilette qu’il faut… Mais, gentille nourrice, — laisse-moi seule cette nuit, je t’en prie : — car j’ai besoin de beaucoup prier, — pour décider le ciel