Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Scène XVIII.


[Dans la maison de Capulet.]


Entrent Capulet, lady Capulet, la nourrice et des valets.

CAPULET, remettant un papier au premier valet (111).

Tu inviteras toutes les personnes dont les noms sont écrits ici.

Le valet sort.
Au second valet.

— Maraud, va me louer vingt cuisiniers habiles. —


DEUXIÈME VALET.

Vous n’en aurez que de bons, monsieur, car je m’assurerai d’abord s’ils se lèchent les doigts.


CAPULET.

Et comment t’assureras-tu par là de leur savoir-faire ?


DEUXIÈME VALET.

Pardine, monsieur, c’est un mauvais cuisinier que celui qui ne se lèche pas les doigts : ainsi ceux qui ne se lécheront pas les doigts, je ne les prendrai pas.


CAPULET.

Bon, va-t’en.

Le valet sort.

— Nous allons être pris au dépourvu cette fois. — Eh bien, est-ce que ma fille est allée chez frère Laurence ?


LA NOURRICE.

Oui, ma foi.


CAPULET.

— Allons, il aura peut-être une bonne influence sur elle. — La friponne est si maussade, si opiniâtre !