Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MERCUTIO.

Merci. Tu as touché juste.


ROMÉO.

C’est l’explication la plus bienséante.


MERCUTIO.

Sache que je suis la rose de la bienséance.


ROMÉO.

Fais-la-moi sentir.


MERCUTIO.

La rose même !


ROMÉO, montrant sa chaussure couverte de rubans.

Mon escarpin t’en offre la rosette !


MERCUTIO.

Bien dit. Prolonge cette plaisanterie jusqu’à ce que ton escarpin soit éculé ; quand il n’aura plus de talon, tu pourras du moins appuyer sur la pointe.


ROMÉO.

Plaisanterie de va-nu-pieds !


MERCUTIO.

Au secours, bon Benvolio ! mes esprits se dérobent.


ROMÉO.

Donne-leur du fouet et de l’éperon ; sinon, je crie : victoire !


MERCUTIO.

Si c’est à la course des oies que tu me défies, je me récuse : il y a de l’oie dans un seul de tes esprits plus que dans tous les miens… M’auriez-vous pris pour une oie ?


ROMÉO.

Je ne t’ai jamais pris pour autre chose.


MERCUTIO.

Je vais te mordre l’oreille pour cette plaisanterie-là.


ROMÉO.

Non. Bonne oie ne mord pas.