Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LAURENCE.

Oh ! elle voyait bien que — ton amour déclamait sa leçon avant même de savoir épeler. — Mais viens, jeune volage, viens avec moi ; — une raison me décide à t’assister : — cette union peut, par un heureux effet, — changer en pure affection la rancune de vos familles.


ROMÉO.

— Oh ! partons : il y a urgence à nous hâter.


LAURENCE

— Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite (79).

Ils sortent.

Scène IX.


[Une rue.]


Entrent Benvolio et Mercutio.

MERCUTIO.

— Où diable ce Roméo peut-il être ? — Est-ce qu’il n’est pas rentré cette nuit ?


BENVOLIO.

— Non, pas chez son père ; j’ai parlé à son valet.


MERCUTIO.

— Ah ! cette pâle fille au cœur de pierre, cette Rosaline, — le tourmente tant qu’à coup sûr il en deviendra fou.


BENVOLIO.

— Tybalt, le parent du vieux Capulet, — lui a envoyé une lettre chez son père.


MERCUTIO.

— Un cartel, sur mon âme !


BENVOLIO.

Roméo répondra.