Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BENVOLIO.

— Bah ! vous l’avez vue belle, parce que vous l’avez vue seule ; — pour vos yeux, elle n’avait d’autre contrepoids qu’elle-même ; — mais, dans ces balances cristallines, mettez votre — bien-aimée en regard de telle autre beauté — que je vous montrerai toute brillante à cette fête, — et elle n’aura plus cet éclat qu’elle a pour vous aujourd’hui.


ROMÉO.

— Soit ! J’irai, non pour voir ce que tu dis, — mais pour jouir de la splendeur de mon adorée.

Ils sortent.

Scène III.


[Dans la maison de Capulet.]


Entrent Lady Capulet et la Nourrice.

LADY CAPULET.

— Nourrice, où est ma fille ? Appelle-la.


LA NOURRICE.

— Eh ! par ma virginité de douze ans, — je lui ai dit de venir…

Appelant.

Allons, mon agneau ! Allons, mon oiselle ! — Dieu me pardonne !… Où est donc cette fille ?… Allons, Juliette !


Entre Juliette.

JULIETTE.

— Eh bien, qui m’appelle ?


LA NOURRICE.

Votre mère.