Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

mer jamais, et ce serment — me tue en me laissant vivre, puisque c’est un vivant qui te parle.


BENVOLIO.

— Suis mon conseil ; cesse de penser à elle.


ROMÉO.

— Oh ! apprends-moi comment je puis cesser de penser.


BENVOLIO.

— En rendant la liberté à tes yeux : — examine d’autres beautés.


ROMÉO.

Ce serait le moyen — de rehausser encore ses grâces exquises. — Les bienheureux masques qui baisent le front des belles, — ne servent, par leur noirceur, qu’à nous rappeler la blancheur qu’ils cachent. — L’homme frappé de cécité ne saurait oublier — le précieux trésor qu’il a perdu avec la vue. — Montre-moi la plus charmante maîtresse : — que sera pour moi sa beauté, sinon une page — où je pourrai lire le nom d’une beauté plus charmante encore ? — Adieu : tu ne saurais m’apprendre à oublier.


BENVOLIO.

— J’achèterai ce secret-là, dussé-je mourir insolvable !

Ils sortent.

Scène II


[Devant la maison de Capulet.]


Entrent Capulet, Pâris et le Clown.

CAPULET.

— Montague est lié comme moi, — et sous une égale caution. Il n’est pas bien difficile, je pense, — à des vieillards comme nous de garder la paix (47).