Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BENVOLIO, à Tybalt.

— Je ne veux ici que maintenir la paix ; rengaine ton épée, — ou emploie-la, comme moi, à séparer ces hommes.


TYBALT.

— Quoi, l’épée à la main, tu parles de paix ! Ce mot, je le hais, — comme je hais l’enfer, tous les Montagues et toi. — À toi, lâche !


Tous se battent. D’autres partisans des deux maisons arrivent et se joignent à la mêlée. Alors arrivent des citoyens armés de bâtons (37).

PREMIER CITOYEN.

— À l’œuvre les bâtons, les piques, les pertuisanes ! Frappez ! Écrasez-les ! — À bas les Montagues ! à bas les Capulets !


Entrent Capulet, en robe de chambre, et lady Capulet.

CAPULET.

— Quel est ce bruit ?… Holà ! qu’on me donne ma grande épée.


LADY CAPULET.

— Non ! une béquille ! une béquille !… Pourquoi demander une épée ?


CAPULET.

— Mon épée, dis-je ! le vieux Montague arrive — et brandit sa rapière en me narguant !


Entrent Montague, l’épée à la main, et lady Montague.

MONTAGUE.

— À toi, misérable Capulet !… Ne me retenez pas ! lâchez-moi.


LADY MONTAGUE, le retenant.

— Tu ne feras pas un seul pas vers ton ennemi (38).